Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
c3v Maison citoyenne - JOIGNY - YONNE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU JOVINIEN (CCJ) - La résidence de la Forêt d’Othe, un site pilote pour le développement du compostage

22 Octobre 2013, 07:11am

Publié par c3v maison citoyenne

La résidence de la Forêt d’Othe, un site pilote pour le développement du compostage

 

Des bio-seaux sont distribués cette semaine au sein de la résidence de la Forêt d’Othe pour lesparticuliers qui le souhaitent. À l’origine de cette initiative, le président du conseil syndical de la résidence, NicolasGiraud, bénéficie de l’accompagnement et du soutien de la communauté de communes du Jovinien. - Armelle GACON

Des bio-seaux sont distribués cette semaine au sein de la résidence de la Forêt d’Othe pour lesparticuliers qui le souhaitent. À l’origine de cette initiative, le président du conseil syndical de la résidence, NicolasGiraud, bénéficie de l’accompagnement et du soutien de la communauté de communes du Jovinien. - Armelle GACON

La communauté de communes du Jovinien (CCJ) accompagne la résidence de la Forêt d’Othe en la dotant de bio-seaux pour ses occupants sensibles au recyclage des déchets organiques.

 

En matière de tri sélectif, le conseil syndical de la résidence de la Forêt d'Othe, à Joigny, veut être exemplaire. Alors en novembre 2011, quand la communauté de communes (CCJ) a équipé les foyers du Jovinien en bacs et sacs jaunes pour les emballages, il est allé plus loin en achetant des composteurs collectifs pour les déchets organiques ( lire ci-contre). La CCJ a donc choisi cet immeuble comme site pilote en mettant cette semaine des bio-seaux à disposition des résidents volontaires(*) ; l'idée étant, par la suite, d'élargir le processus à d'autres habitats collectifs.

Le compost peut être réutilisé par les résidents.

Le contenu des bio-seaux doit alimenter les composteurs au pied de l'immeuble. « Jusqu'ici, certains y glissaient les biodéchets avec le sac dans lequel ils les emballaient. Désormais, ce problème devrait être réglé », espère Nicolas Giraud, président du conseil syndical de la résidence.

Bio-seau ou non, la plupart des résidents disent déjà jouer le jeu du compost.

Comme Linette, 76 ans. « Je mets de côté mes restes de repas, mes épluchures de fruits et légumes, mes fleurs coupées… Ça débarrasse et puis quand on est citoyen, on fait ce qu'il y a à faire, confie la septuagénaire. On peut ensuite récupérer le compost pour nos plantations même si ici, les gens n'ont qu'un balcon au mieux. D'ailleurs parmi eux, je n'en vois pas énormément qui ont une jardinière ! » Le compost profite aussi à la gardienne qui, « s'il en reste, s'en sert pour les espaces verts partagés par tous les résidents, à l'entrée de l'immeuble, détaille Nicolas Giraud. Elle en met au pied des arbres, sur les massifs… Mais il faut compter un an environ pour qu'il arrive à maturité. »

Composteur collectif - Briey (Meurthe-et-Moselle)

S'il estime que les habitants « ont compris le système du compost », Nicolas Giraud constate que « des progrès restent à faire sur le tri sélectif en général », certains ne respectant pas les consignes.

Alors mercredi dernier, une soirée d'informations était organisée dans l'immeuble en présence de Nicolas Soret et d'Anaïs Deghal, le président et l'ambassadrice du tri de la CCJ. Pour annoncer la mise à disposition de bio-seaux, d'une part ; faire une piqûre de rappel sur les bons gestes de tri à adopter, de l'autre.

« Sur une centaine de résidents nous n'étions que huit, déplore-t-il. En regardant de plus près dans les poubelles jaunes, nous avons vu de petits appareils électriques, des vêtements, des mégots, des restes de nourriture… » Des consignes sont pourtant affichées sur le bac. Il en sera de même près des composteurs, la CCJ ayant fourni au conseil syndical deux panneaux d'information.

(*) En collaboration avec le syndicat des déchets du Centre Yonne, qui passe des commandes groupées, et grâce à des subventions accordées par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

 

Armelle Gacon

Commenter cet article