Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
c3v Maison citoyenne - JOIGNY - YONNE

ATTENTION ! Lecture de l'Esthétique de la résistance, roman : cette fois-ci c'est mardi 4 novembre

1 Octobre 2014, 20:05pm

Publié par c3v maison citoyenne

Bonjour,

Le deuxième mardi du mois de novembre, cette année, c'est le 11, jour anniversaire de l'armistice de la guerre de 14-18, et nous rejoindrons le rassemblement organisé par la Libre pensée de l'Yonne au monument aux morts pacifiste de Gy-l'évêque.
La lecture du roman de Peter Weiss aura donc lieu une semaine plus tôt, mardi prochain, même heure - 19h00 - et même lieu, l'accueillante libraire Bis repetita, à Joigny.

Il n'est pas facile de déterminer ce qui provoque l'émotion et, simultanément, un sentiment de beauté. On sait seulement que cela se produit plusieurs fois,dans le roman de Peter Weiss, dans une séquence d'une heure - c'est le temps que durera la lecture, mardi prochain.

La dernière fois, nous avons entendu le narrateur se demander, alors que les procès de Moscou atteignent leur paroxisme, alors que Boukharine, "l'enfant chéri du Parti" selon Lénine, sera bientôt condamné, s'il est "prêt à laisser liquider Marcauer" la rebelle qui, "pendant les premiers mois de la guerre, à un moment où les hommes et les femmes combattaient ensemble, avait fait partir du bataillon Luxembourg et avait été blessée dans la Sierra Alcubierre." Eh bien, nous l'entendrons mardi, c'est ce qui adviendra. Mais Marcauer n'est pas oubliée. Elle revient dans les esprits, non comme une présence fantôme mais en quelque sorte vivante, ses objections, ses analyses des causes de la défaite toujours pertinentes, persistantes, oui : vivantes.

Les affirmations de vie reviennent sans cesse, comme la pulsation du cœur au poignet ou dans le cou. Le narrateur forme sa vocation d'artiste, "sans pouvoir dire encore avec précision de quoi il s'agirait. (...) le mots ou les images (...) serviraient de médiation, suivant les besoins" (et l'on sait que Peter Weiss fut non seulement écrivain mais aussi peintre et cinéaste). Les brigadistes de Denia s'accrochent à cette terre, à toutes les raisons de croire à une victoire. Et Heilmann, l'ami du narrateur resté en Allemagne, dans la résistance, revient comme une présence persistante, comme pensée continuée : il a écrit une lettre, enfin parvenue, il revient aux toutes premières discussions, au début du roman, quand il interprétait les aventures d'Héraclès comme celles d'un libérateur du peuple. Depuis, la réflexion de Heilmann a bifurqué, il met en cause ce qu'il avait expliqué à ses amis, il leur doit donc un récit de ses doutes et de ses nouvelles hypothèses.


Vous êtes attendus ce

mardi 4 novembre à 19h00

à la librairie. La lecture est précédée d'une brève présentation. Vous pouvez en lire dès maintenant une courte notice.

Bien amicalement,
Laurent Grisel

On entend dire beaucoup de choses abjectes en ce moment sur la sauvegarde de la zone humide du Testet. Jetez seulement un coup d’œil sur
le dossier établi par le Comité de soutien de l'Yonne, il se parcourt en quelques minutes, vous verrez de quel "État de droit" on parle, dans le département et à la préfecture du Tarn.Quant à notre sentiment, il est exprimé par Hélène Duffau.

Commenter cet article