Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
c3v Maison citoyenne - JOIGNY - YONNE

L’éolien français profite aux grands groupes du nucléaire et aux fabricants étrangers

12 Juillet 2011, 17:39pm

Publié par C3V

Mardi 12 juillet 2011

L’éolien français profite aux grands groupes du nucléaire et aux fabricants étrangers

Après des années de tergiversations, la France va se doter de ses premières éoliennes offshore. Lundi 12 juillet, le gouvernement a présenté les modalités de son appel d’offres pour la réalisation, d’ici 2015, de cinq parcs éoliens en mer, soit quelque 600 turbines au large des côtes françaises, représentant une puissance totale de 3 000 MW. Un second appel à projets sera lancé en avril 2012, pour une puissance équivalente. Sur le plan environnemental, l’objectif est de porter à 20 % la part des énergies renouvelables en France, comme prévu par le Grenelle de l’environnement. Quant à l’économie, le gouvernement mise sur un développement de la filière éolienne, avec 10 000 emplois créés. Mais en réalité, ces appels à projets devraient en premier lieu profiter aux grands groupes industriels français du nucléaire ainsi qu'aux leaders étrangers de l’éolien.

 

Dans l’Hexagone, les principaux acteurs de la filière éolienne, qu’elle soit terrestre ou maritime, sont en effet quasiment les mêmes que ceux du nucléaire. Ce sont des sociétés cotées du CAC 40, souvent à capitaux d’Etat : Areva, EDF, GDF Suez, Alstom. Deux consortiums se sont déjà positionnés pour l’appel à projets du gouvernement. Le premier, qui vise les sites de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) et de Courseulles-sur-Mer (Calvados) regroupe autour d’EDF, le groupe d’infrastructures de transport Alstom, le n°2 du BTP Bouygues et le danois Dong Energy, qui gère onze parcs éoliens offshore en Europe.

Un autre groupement réunit GDF Suez, le n°1 du nucléaire Areva, le groupe énergétique espagnol Iberdrola et le n°1 du BTP, Vinci. Eux espèrent décrocher les sites de Courseulles, Fécamp et du Tréport (Seine-Maritime). Enfin, la Direction des constructions navales systèmes, dont l’Etat est actionnaire à 75 %, et les chantiers navals STX (où l’Etat a encore 33 % des parts et Alstom 17 %) visent le site de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Pas vraiment de place, donc, pour les PME françaises dont le cœur de métier réside seulement dans l’éolien, comme Converteam, Rollix Defontaine ou Leroy-Somer. "Compte tenu de l’importance des appels d’offres, de plusieurs milliards d’euros chacun, seuls les grands groupes industriels, qui veulent diversifier leur activité, sont capables de mettre de l’argent sur la table", justifie Philippe Gattet, directeur d'études au cabinet d'études Xerfi, qui a publié une analyse Le marché français de l’éolien à l’horizon 2020.

Certes, un tel projet industriel va à coup sûr drainer de l’emploi. "Le développement de l’éolien onshore a déjà créé 10 000 emplois et fait vivre près de 250 PME sous-traitantes. On peut espérer que l’offshore génère les mêmes besoins, de l’installation des machines à leur maintenance", assure Nicolas Wolff, président de France énergie éolienne, la branche éolienne du syndicat des énergies renouvelables. Le ministère de l’écologie table ainsi sur la création de 10 000 emplois directs dans l’offshore à l’horizon 2020.

Mais comme pour l'onshore, les PME et TPE risquent fort d'être cantonnées à l’activité de sous-traitance, pour construire de petits équipements comme des mâts, pales ou roulements, ou réaliser des installations dans les métiers des génies civil et électrique. "Les entreprises françaises sont absentes des secteurs industriels à forte valeur ajoutée. Car dans l’éolien, les trois-quarts du prix est capté par les turbines, dont la technologie n’est pas présente en France. Au final, l’appel d’offres va beaucoup favoriser les groupes industriels étrangers", livre Philippe Gattet.

Ces pièces à forte valeur ajoutée sont ainsi fabriquées par les leaders mondiaux du secteur, tous étrangers. Près de 60 % de notre parc éolien est équipé de turbines conçues Outre-Rhin, par les allemands Enercon, Nordex, Repower ou Siemens ; le reste par le danois Vestas ou l'espagnol Gamesa. Même les groupes français qui ont, depuis peu, développé la technologie, ne la produisent pas sur le sol français mais à l’étranger, par le biais d’anciens concurrents devenus des filiales, l’espagnole Ecotècnia pour Alstom et l’allemande Multibrid pour Areva. Au final, les fabricants français ne totalisent que 5 % des parts de marché sur leur propre territoire.

"L’Allemagne a pris le tournant des énergies renouvelables dès la fin des années 1990 contrairement à la France qui, en misant trop sur le nucléaire, a accumulé un retard considérable dans l’éolien et se retrouve sans fabriquant national, justifie Philippe Gattet. Au final, l’appel à projet est très largement insuffisant pour faire de la France une base industrielle forte pour l’éolien."

Seule façon de bénéficier malgré tout d’un impact industriel de ces futurs parcs offshore : "Il s'agit pour les grands groupes de l'assortir de conditions de localisation spécifiques, comme par exemple réaliser une partie de l’assemblage des aérogénérateurs dans l’Hexagone", assure l'expert.

 

Photo : AFP/Jorgen True

Commenter cet article