Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
c3v Maison citoyenne - JOIGNY - YONNE

Emmanuel Giboulot - VITICULTEUR BIO - CONDAMNE A 1000 EURO D'AMENDE DONT LA MOITIE AVEC SURSIT + CASIER JUDICIAIRE ! CONTINUONS DE FAIRE SIGNER... mais chez Ciber@cteur !!!

26 Février 2014, 05:27am

Publié par c3v maison citoyenne

Le site pétitionnaire que nous avons mis en ligne

( Institut pour la Protection de la Santé Naturelle voir tout en bas de cette page) nous a été signalé comme fort douteux.

Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

Nous vous proposons le site " Ciber@cteur " sur le même thème. Ce site nous parait plus " régulier "

Merci à vous

 

cyberaction N° 027L: Condamné pour avoir refusé de polluer ?

 

[ 6 953 participations ]

         

cyberaction mise en ligne le jeudi 28 novembre 2013

Elle sera envoyée à : Préfet de la Région Bourgogne

 

 emmanuel giboulotAdepte de l'agriculture biologique, un viticulteur de Côte-d'Or est convoqué devant la justice pour s'être opposé à l'utilisation d'un insecticide.

en savoir plus et signer

Participer à la cyberaction

[ 169 commentaire(s) ]

Les PDF correspondants http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/pdf/tract-soutien-giboul.pdf

Emmanuel Giboulot - VITICULTEUR BIO - CONDAMNE A 1000 EURO D'AMENDE DONT LA MOITIE AVEC SURSIT + CASIER JUDICIAIRE ! CONTINUONS DE FAIRE SIGNER... mais chez Ciber@cteur !!!
Emmanuel Giboulot - VITICULTEUR BIO - CONDAMNE A 1000 EURO D'AMENDE DONT LA MOITIE AVEC SURSIT + CASIER JUDICIAIRE ! CONTINUONS DE FAIRE SIGNER... mais chez Ciber@cteur !!!

 

Nous vous laissons cette pétition de

l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
comme exemple.

Elle n'est pas à signer,

du moins  nous ne vous le conseillons pas !

Vous le remarquerez, elle est paraphé par

Augustin de LIVOIS

Qui est-t-il ? :

Consultant

Diplômé du Barreau de Versailles et d’un LLM en Droit européen de l’Université de Reading, ainsi que d’un DESS en droit européen des affaires de Paris X Nanterre, Augustin de Livois, a acquis une expertise spécifique en matière de financements européens et en affaires sociales. 

En 2006, il participe à la
fondation de Fédération Européenne des Solidarités de Proximité (fête des voisins) où il acquiert une expérience en matière de politique de la ville et du project management. 

En 2007, il intègre
FairValue Corporate et Public Affairs en tant que consultant en affaires publiques françaises et européennes.

En 2011, il est nommé directeur de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle.

Domaines d’expertises :

•    Conseil et stratégie en affaires publiques françaises et européennes
•    Financements européens
•    Affaires sociales
•    Transport

---------------------~--@--~-------------------

 

Voici ce qu'est la société...

FairValue Corporate & Public Affairs

Cabinet de conseil en affaires publiques et politiques, et en communication

Créé par Anne Mazoyer, FairValue Corporate & Public Affairs est un cabinet français indépendant de conseil en affaires publiques et politiques, et en communication basé à Paris et à Bruxelles.
Le cabinet  travaille sur la valorisation du capital image et la préservation des intérêts des entreprises,  de leurs secteurs d’appartenance, et des institutions en France et à l’étranger.
L'équipe est constituée de 9 consultants, et est accompagnée d'experts externes, sollicités au cas par cas.

FairValue Corporate & Public Affairs est membre de l'EPACA (European Public Affairs Consultancies' Association) et du CDPF (Cercle des Délégués Permanents).

Le cabinet est également inscrit sur les registres des représentants d'intérêts de l'Assemblée nationale en France, du Parlement et de la Commission européenne, ainsi que sur celui de la Représentation permanente de l'Allemagne auprès de l'Union européenne.

Le cabinet au cœur de la stratégie économique

"L'impact de l'opinion et l'efficacité de leurs relations avec l'ensemble de leurs  publics conditionnent de plus en plus le développement des entreprises et la pérennité des institutions en France et en Europe.

Répondre à des enjeux économiques et politiques pour le compte des entreprises et des institutions suppose de la part du cabinet une vision à la fois globale et particulière, tant nationale qu’européenne.
L'originalité de FairValue Corporate & Public Affairs repose sur une organisation interne qui privilégie une approche pluriculturelle des dossiers par un échange permanent d'expériences et d’expertises entre les consultants. Pour chaque client, entreprise, secteur ou institution, une équipe ad hoc est constituée réunissant ainsi les compétences les plus adaptées.

C'est ce gage de conseil et de mise en œuvre sur mesure qui fait de FairValue Corporate & Public Affairs un véritable partenaire pour ses clients."

Anne Mazoyer
Présidente fondatrice de FairValue Corporate & Public Affairs

 

et voici sa pétition !

 

Le jugement a été fixé

 

au 7 avril :


la mobilisation continue !


Madame, Monsieur,

Comme vous l'avez sans doute entendu à la radio ou à la télévision, le viticulteur Emmanuel Giboulot, poursuivi pour avoir refusé un dangereux pesticide, est passé hier au tribunal correctionnel de Dijon, comme prévu.

Nous étions plus de mille personnes à ses côtés. De nombreuses associations, locales et nationales, étaient présentes. Nous lui avons remis près de 500 000 pétitions de soutien, dans une atmosphère d'enthousiasme extraordinaire. Grâce à vous, je peux témoigner que cette épreuve a été transformée pour Emmanuel et sa compagne en un grand moment de chaleur et de convivialité.

Vous pouvez consulter sur la page Facebook de soutien nos photos du pique-nique festif organisé devant le tribunal, et de la remise de notre pétition, juste avant l'audience. (1)

Mais malgré cette mobilisation, la Procureure a insisté sur sa culpabilité. Elle a requis 1000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis,
avec inscription à son casier judiciaire.

Le jugement sera rendu le 7 avril.

Nul ne sait aujourd'hui de quel côté pencheront les juges. Mais une condamnation, même symbolique, serait un terrible désaveu envoyé au monde de l'agriculture bio, et une très mauvaise nouvelle pour l'environnement.

Car, ne l'oublions pas, Emmanuel Giboulot entrerait alors juridiquement dans la catégorie des délinquants. Un homme qui mériterait au contraire d'être décoré pour son courage !

Cette condamnation, si elle a lieu, contribuera de façon grave à amplifier le climat de peur, et à décourager les bonnes volontés parmi les personnes tentées par l'approche biologique.

Elle confirmera les agriculteurs biologiques dans l'idée que, quelles que soient leurs convictions personnelles, c'est au bout du compte les autorités administratives et leurs méthodes chimiques qui s'imposent sur leur propre terrain !

La décision du tribunal n'a pas encore été prise. Mais si notre mouvement s'essouffle maintenant, cela pourrait être considéré par les juges comme le signe que l'opinion publique se désintéresse du problème !

Ne commettons pas cette erreur stratégique. Poussons maintenant notre mobilisation encore plus loin. Nous avons encore 5 semaines et
nous pouvons atteindre un million de signatures !

Je compte donc sur vous pour continuer à récolter des pétitions de soutien autour de vous en transférant l'appel d'Emmanuel Giboulot (à voir ici).

Parmi bien d'autres, la radio Europe 1 a relevé l'exceptionnel mouvement de soutien autour d'Emmanuel, et indiqué que « cette mobilisation pourrait jouer en la faveur du vigneron lundi ». (2)

C'est certainement vrai car, sans cela, la Procureure aurait très probablement requis une peine beaucoup plus grave.

Mais en continuant à récolter des pétitions, nous pouvons obtenir qu'Emmanuel Giboulot soit relaxé et sorte du tribunal sans la moindre condamnation le 7 avril. Et c'est ça qui est, de très loin, le plus important.

Face à nous, de puissants réseaux se mobilisent. Certains accusent Emmanuel Giboulot d'être un « intégriste du bio ». Il a pourtant déclaré lui-même à l'audience qu'il aurait accepté de traiter sa vigne si la menace de le maladie avait été réelle. Mais la maladie, la flavescence dorée, n'est même pas présente dans son département, la Côte-d'Or ! Il n'y en a pas à l'heure actuelle à des kilomètres autour de ses vignes. Traiter avec un pesticide ne servirait strictement à rien.

D'autres font courir le bruit un peu partout sur Internet que le traitement par pesticide est indispensable et bénéfique. Ceci alors que l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), a lui-même publié un rapport sur cette maladie, expliquant que les traitements actuels imposés aux agriculteurs sont :
« polluants, coûteux, et contrecarrent la démarche de réduction de pesticides de la filière viticole. Ces plans de lutte obligatoire posent en outre d’énormes problèmes aux viticulteurs engagés en Agriculture Biologique ou en processus de conversion vers celle-ci. » (3)

Encore une fois, nul ne sait aujourd'hui de quel côté pencheront les juges. Mais après tout ce que nous avons fait jusqu'à présent, n'abandonnons pas Emmanuel maintenant, alors que le danger d'une condamnation pèse plus que jamais sur sa tête.

Continuez à rassembler des signatures de soutien autour de vous.

Transférez la pétition à toutes les personnes que vous connaissez, en leur indiquant qu'elles ont encore jusqu'au 7 avril pour signer !

 
Le viticulteur poursuivi parle
Lien ici.


Un grand merci,

Augustin de Livois
Président de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Sources :


1 Notre page Facebook
2 Europe 1, Un agriculteur bio poursuivi pour avoir dit non aux pesticides
3 INRA, Flavescence dorée de la vigne

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article